Retour

LoDoCo2: Colchicine à faible dose vs placebo chez les patients atteints de maladie coronaire chronique. (Dr AMIN BAHLOUL ).


Une fréquence significativement plus faible d'événements cardiovasculaires (CV) a été observée chez les patients atteints de maladie coronarienne chronique recevant de la colchicine à faible dose par rapport à ceux recevant un placebo, selon les résultats de l'essai LoDoCo2 publiés dans le New England Journal of Medicine et présentés au Congrès ESC 2020.
Les investigateurs de l'essai ont randomisé un total de 5 522 patients en deux groupes : Un grouper recevant 0,5 mg de colchicine une fois par jour (2 762) et un groupe recevant un placebo (2 760).  Les critères d'inclusion étaient : un âge de 35 à 82 ans , une preuve de maladie coronarienne sur une coronarographie  ou un coroscanner et un état cliniquement stable pendant plus de 6 mois . Les critères d'exclusion étaient une insuffisance rénale modérée à sévère, une insuffisance cardiaque sévère, une Cardiopathie valvulaire sévère, des effets secondaires connus de la colchicine
Le critère d'évaluation primaire était un composite de décès d'origine CV, d'infarctus du myocarde (IDM) , d'accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique ou de revascularisation coronarienne due à l'ischémie. Le critère secondaire était un composite de décès CV, d’IDM ou d'AVC ischémique. Le suivi médian était de 28,6 mois.
Dans l'ensemble, un événement de critère primaire est survenu chez 187 patients (6,8%) dans le groupe colchicine contre 264 patients (9,6%) dans le groupe placebo (figure 1). Un événement secondaire est survenu chez 115 patients (4,2%) dans le groupe colchicine et chez 157 patients (5,7%) dans le groupe placebo (figure 1). Les auteurs ont également noté des taux significativement plus faibles d’IDM , de revascularisation coronarienne ou de décès CV avec la colchicine qu'avec le placebo . En revanche, l'incidence des décès dus à des causes non CV était plus élevée dans le groupe colchicine que dans le groupe placebo.
Les limites de l'étude comprenaient un pourcentage de femmes plus faible que prévu (15,3%), ainsi que le manque de collecte de données sur la pression artérielle, les taux de lipides et l'état inflammatoire qui auraient permis d’ajuster les résultats en fonction du contrôle des facteurs de risque CV. Cependant, les chercheurs notent que les résultats sont cohérents avec ceux obtenus dans le premier essai LoDoCo et l'essai COLCOT et fournissent un soutien supplémentaire pour les avantages potentiels de la thérapie anti-inflammatoire chez les patients atteints de maladie coronaire.
 
Figure 1 : comparaison de l'incidence cumulée du critère d’évaluation primaire et secondaire  entre le groupe Colchicine et le groupe Placebo