Retour

EAST-AFNET 4: Effects of Early Rhythm Control Therapy in Patients with Atrial Fibrillation (Dr Khadija MZOUGHI)


EAST-AFNET 4 : Effets du Contrôle Précoce du Rythme chez les Patients en Fibrillation Auriculaire
Contexte : Malgré les améliorations dans la prise en charge de la fibrillation auriculaire (FA), environ 5% patients en FA continuent à présenter des complications à type d’accidents ischémiques, insuffisance cardiaque, de décès d’origine cardiovasculaire chaque année.

Patients et Méthodes : Etude multicentrique (135 centres, 11 pays) ayant inclus 2789 patients ayant une FA récente (diagnostiquée ≤ 1 an ou épisode récent) ET à risque cardiovasculaire ≈ CHADSVASc ≥2. Les patients ont été randomisés en double aveugle :
Groupe 1 (1395) : Contrôle précoce du rythme soit par traitement antiarythmique ou ablation et anticoagulation,
Groupe 2 (1394) : Traitement usuel : contrôle de la fréquence cardiaque et limitation du contrôle du rythme pour les patients symptomatiques malgré le contrôle de la Fc et anticoagulation.

Critères de jugement principal :  
Critère composite décès d'origine cardiovasculaire, accident vasculaire cérébral ou hospitalisation pour aggravation de l'insuffisance cardiaque ou syndrome coronarien aigu 
le nombre de nuits passées à l'hôpital par an.

Résultats : 
Les caractéristiques principales de la population étaient : un âge moyen de la population de 70 ans, 46% de sexe féminin, score de CHADSVASc moyen de 3.4 et 30% en insuffisance cardiaque stable. Le délai médian d’évolution de la FA depuis le diagnostic était de 36 jours.
Le critère composite décès d'origine cardiovasculaire, accident vasculaire cérébral ou hospitalisation pour aggravation de l'insuffisance cardiaque ou syndrome coronarien aigu a été noté chez 249 (3.9% par an) des patients du groupe 1 vs 316 (5% par an) dans le groupe 2 (Hasard ratio 0,79; IC à 96%, 0,66 à 0,94; p = 0,005). Ces résultats étaient retrouvés dans l’analyse des sous-groupes. 
Le nombre moyen de nuits passées à l'hôpital ne différait pas significativement entre les groupes (5,8 ± 21,9 et 5,1 ± 15,5 jours par an, respectivement ; p = 0,23). 
La survenue des événements indésirables étaient comparables entre les 2 groupes avec des EI graves liés au traitement pour le contrôle du rythme notés chez 4,9% des patients du groupe 1 au 1,4% des patients du groupe 2.
L’évaluation des symptômes et de la fonction ventriculaire gauche à 2 ans ne différait pas significativement entre les groupes.

Conclusions : Le contrôle précoce du rythme dans la FA récente chez les patients à risque cardiovasculaire était associé à un risque plus faible de survenue de complications cardiovasculaires.