Retour

Traitement des patients atteints d'insuffisance cardiaque guidé par des biomarqueurs versus basé sur les recommandations: résultats de BIOSTAT-CHF. ( Dr Emna Bennour )


Les recommandations des sociétés savantes de l'insuffisance cardiaque basées sur des essais cliniques randomisés préconisent une augmentation progressive de la dose des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC) / bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (ARA), des bêtabloquants et des antagonistes des récepteurs des minéralocorticoïdes (ARM). Mais ces doses recommandées ne sont souvent pas atteintes. Une augmentation de la posologie peut cependant ne pas être nécessaire chez tous les patients.

Objectif :

Cette étude visait à établir le rôle des biomarqueurs sanguins pour déterminer quels patients devaient ou non être optimisés.

Méthodes :

L’étude BIOSTAT-CHF (étude BIOLOGY pour un traitement personnalisé de l'insuffisance cardiaque chronique) est une étude multicentrique faite dans 69 centres de 11 pays européens. On avait inclus 2516 patients ayant un âge supérieur à 18 ans avec des symptômes d’IC soit aggravés ou de primo-découverte confirmés soit par une dysfonction VG (FE 40%) soit par des taux de BNP et NT-proBNP élevés. A l’inclusion les patients recevaient préalablement des doses inférieures à 50% des doses recommandés du traitement médical ou n’étaient pas encore sous TT médical recommandé (IEC, BB). Initialement ils ont reçu tous un tt par des diurétiques par voie orale ou IV.

161 biomarqueurs (Hb, Ht, Na+, cholestérol total, HDL, LDL, glycémie, créat BUN, bilirubine, Fer sérique, K+, BNP, NTpro BNP, 92 marqueurs de l’inflammation,) ont été considérés comme des marqueurs de sélection du traitement. Tous les dosages ont été faits à l’inclusion des patients.

Seulement les patients avec des données complètes des biomarqueurs ont été inclus dans l’étude soit 1802.

L’étude a comparé l’évolution clinique de 3 groupes de patients : le groupes A, les patients ont eu une augmentation de plus > 50% de la valeur recommandée des doses; le groupe B, les patients ont eu une optimisation du traitement en se basant sur les biomarqueurs et le groupe C, l’augmentation des doses n’a pas dépassé 50% des doses recommandées. Un succès d’optimalisation du TT médical est défini quand le patient atteint une dose de plus de 50% des doses recommandées au bout de 3 mois. Le modèle Cox de régression multivariée a été utilisé dans l’étude de ces 161 biomarqueurs et leur interaction avec le traitement, pondérée par le biais d'indication du traitement afin d'estimer le taux de mortalité ou d'hospitalisations pour poussée d’insuffisance cardiaque à 24 mois dans chaque groupe.

Résultats :

Avec l’optimisation des doses des IEC/ARA, le taux de mortalité ou d'hospitalisation chez 1802 patients avec des biomarqueurs disponibles étaient respectivement de 16%, 16% et 26% dans les groupes A, B et C. Des Taux similaires avec l’augmentation de la titration des doses de bêtabloquants et des minéralocorticoides dans les groupes A, B et C étaient respectivement de 23%, 19% et 24% et 12%, 11% et 24%.

Estimation de la mortalité ou de poussées d’IC à 24 mois

Groupe

A

Groupe

B

Groupes

C

IEC

  • Taux d'événement estimé à 24 mois
  • Réduction estimée des événements par rapport au groupe C pour 100 patients traités

16

9.8

16

9.9

26

-

BB

  • Taux d'événement estimé à 24 mois
  • Réduction estimée des événements par rapport au groupe C pour 100 patients traités

23

1.3

19

4.7

24

-

ARM

  • Taux d'événement estimé à 24 mois
  • Réduction estimée des événements par rapport au groupe C pour 100 patients traités

12

12.3

11

13.1

24

-

Une augmentation réussie de la titration des doses des IEC/ARA, des bêtabloquants et des ARM s’associe respectivement à une réduction de 9,8%, 1,3% et 12,3% des événements à 24 mois.

Des taux similaires étaient de 9,9%, 4,7% et 13,1% si la décision d’optimiser le TT était basée sur des biomarqueurs.

Conclusion

L’optimisation du TT médical des patients atteints d'insuffisance cardiaque adaptée aux valeurs des biomarqueurs pourrait entraîner une diminution du nombre de décès ou d'hospitalisations par rapport à un scénario hypothétique les patients avaient eu un succès d’optimisation de leur traitement médical.