Retour

DECLARE TIMI 58 : Etude randomisée qui a inclus 17160 ayant un diabète type 2. ( Dr Aymen Ben Abdessalmem)


DECLARE TIMI 58 : Etude randomisée qui a inclus 17160 ayant un diabète type 2. Un bras Dapagliflozin 10mg/j et un bras placebo. Le sous-groupe de patients avec artérite périphérique (AP) représente 6% (1025 patients).

Ce dernier à approximativement deux fois plus de risque d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque(IC), d’évènements cardiovasculaire (EVC) et de mortalité CV. Les patients ayant ou non une AP ont bénéficié  d’une réduction du risque relatif d’hospitalisation pour IC d’EVC et de mortalité CV. Avec une réduction du risque absolu plus marqué chez les artéritiques. 

La dapagliflozin n’a pas augmenté le risque ni protégé contre l’amputaion ou l’ischémie majeure des membres.

Impact de l’observance au traitement par statine sur la survie dans les artérites symptomatiques :

C’est une cohorte mono centrique  qui s’est intéressé à 691 patients avec artérites périphérique symptomatique inclus sur une période de 2010 à 2017. Avec un suivi % moyen de 50 mois.  73% des patients étaient sous statines avec une augmentation à 81% pendant le suivi (p<0.0001). La diminution du LDL-c à été significativement plus importante chez les patients sous forte dose de statines.

Les patients qui n’ont jamais eu de statines avaient le taux de mortalité le plus élevé (34%) versus 20% chez les patients sous statine et 10% sous dose importante. L’arrêt ou la réduction de la dose a eu comme impact une augmentation de la mortalité de 43% et 33% respectivement (p<0.05).  

Ceci soutient la stratégie d’intensification et de maintien du traitement par statine.

Effet de l’Alirocumab sur la l’artérite et les évènements thrombo-embolique veineux et relation aux taux de lipoprotéine.

Dans l’étude ODYSSEY OUTCOMES l’Alirocumab (ALR) a réduit le risque de mort CV d’infarctus, et d’angor instable chez 18924 patients avec uns SCA récent. Cette analyse essaye de déterminer si le risque de MVTE (embolie pulmonaire ou thrombose veineuse profonde) ou de artérite serait corrélée au taux de Lipoprotéine (a), le traitement par ALR et la réduction de Lipoprotéine (a) par ALR.

Dans le bras placebo le risque d’artérite et de MVTE a été corrélé au taux de base de lipoprotéine (a) (RR 1.39, 2.35 p <0.001). Le traitement par ALR a réduit l’incidence de  l’artérite et de la MVTE (1.4% vs 2.0 p<0.001).

En conclusion ces résultats suggèrent que le taux de  lipoprotéine (a) est corrélé au risque d’artérite et de MVTE. Le traitement par ALR réduit ce risque et ceci est du directement à son effet sur la réduction du taux de lp(a).