Retour

Etude ISAR-REACT 5: Le Prasugrel emporte le match contre Le Ticagrelor !!!


L'anti-agrégant plaquettaire prasugrel s'est montré significativement plus efficace que le Ticagrélor en traitement des syndromes coronaires aigus.

C’est la première étude Head to Head comparant 2 antiagrégants plaquettaires (le ticagrelor au prasugrel) mais aussi 2 stratégies différentes dans les SCA. Ces 2 molécules ont prouvé leur supériorité par rapport au clopidogrel dans respectivement les études PLATO et TRITON.

Dans ISAR-REACT 5, 4.018 patients ayant un SCA et devant être revascularisés ont été randomisés entre les deux anti-agrégants  et ont été suivis durant un an. Le critère primaire d'efficacité (décès, infarctus et accidents vasculaires cérébraux -AVC) a été atteint chez 6,9% des patients dans le groupe prasugrel et 9,3% dans le groupe ticagrélor. Le risque d'événement était augmenté de 36% avec le ticagrélor par rapport au prasugrel. Le risque de décès était augmenté (4,5% avec le ticagrélor contre 3,7% avec le prasugrel), de même que le risque d'infarctus (4,8% contre 3%). Le risque d'AVC était en revanche similaire (1,1% et 1%). Il y avait aussi une tendance à une augmentation de risque de thrombose de stent (1,3% contre 1% de thrombose certaine ou probable). Quant aux saignements majeurs, ils étaient légèrement plus fréquents avec le ticagrélor (5,4% comparé à 4,8% avec le prasugrel) sans que ça soit significatif. Ce résultat très attendu était inattendu car le Ticagrélor est donné précocement avant les résultats de l’angiographie contrairement au Prasugrel.  

L’étude ISAR-REACT 5 montre que, chez des patients ayant un syndrome coronaire aigu (SCA) et devant avoir une exploration coronaire invasive, une stratégie de prise en charge reposant sur l’administration de prasugrel une fois la coronarographie effectuée et avant l’angioplastie, ou d’emblée en cas de SCA avec sus-décalage du segment ST (STEMI), réduit significativement le risque d’événements cardiovasculaires majeurs à 1 an, sans augmenter le risque hémorragique, par rapport à une stratégie de prise en charge reposant sur l’administration de ticagrelor d’emblée, c’est-à-dire avant la coronarographie.

La supériorité du prasugrel sur le ticagrélor, peut être dueà la différence de demi-vie des 2 molécules, le mécanisme (irréversible pour le prasugrel, réversible pour le ticagrélor) ainsi que les effets indésirables qui ont conduit dans le groupe ticagrélor à l’arrêt du traitement.

Ces résultats pourraient changer les pratiques  et les recommandations encourageant la stratégie utilisant le prasugrel – sans prétraitement en routine dans les NSTE-ACS -.