Retour

Etude Complète


La plus grande des études randomisées comparant revascularisation complète à revascularisation limitée à l’artère coupable chez les coronariens pluri-tronculaires ayant un infarctus aigu et traités par angioplastie primaire. 

Au total, 4 041 patients souffrant d’un STEMI ont été inclus. Ils étaient âgés en moyenne de 62 ans. En plus de la lésion sur l’artère coupable, ils devaient avoir au moins une atteinte sur artère non impliquée (sténose ≥ 70% ou sténose de 50 à 69% avec FFR≤0,80) de diamètre ≥ 2,5 mmLes patients présentant un choc cardiogénique ont été exclus de cette étude ( CULPRIT-SHOCK). Après une première revascularisation sur artère coupable seule, les patients ont été randomisés pour bénéficier ou non d’une deuxième intervention sur les autres artères sténosées. Les cardiologues pouvaient alors intervenir avant ou après la sortie d’hôpital, dans un délai limite de 45 jours.

Le premier critère primaire composite associant la mortalité cardiovasculaire et la récidive d’infarctus du myocarde été observé chez 7,8% des patients après revascularisation complète (n=158), contre 10,5% après revascularisation restreinte (n=213), soit une baisse du risque de 26% avec l’angioplastie complète (HR=0,74, IC à 95%, [0,60-0,91], p=0,004) à 3 ans de suivi. Concernant le second critère primaire associant une nouvelle hospitalisation pour revascularisation, le risque est réduit de moitié dans le groupe angioplastie complète (HR=0,51, IC à 95%, [0,43-0,61], p<0,001) par rapport au groupe angioplastie limitée.

Concernant la mortalité cardio-vasculaire, il n’apparait pas de différence à 3 ans entre les deux groupes (respectivement 2,9% contre 3,2%). Il en est de même pour la mortalité toute cause (4,8% contre 5,2%). Par contre, un bénéfice est observé sur le risque de récidive d’infarctus du myocarde, qui se retrouve réduit de 32%.

Le risque d’effets secondaires majeurs (AVC, hémorragie sévère, complications rénales…) a également été similaire entre les groupes.

L’essai COMPLETE vient de confirmer l’intérêt de l’angioplastie préventive après une angioplastie primaire, ce qui avait été suggéré dans de petites études (PRAMI et CvLPRIT ). Elle vient d’apporter un élément supplémentaire en faveur d’une revascularisation myocardique complète en post infarctus, lorsque les lésions sont accessibles à une angioplastie.

Les recommandations actuelles en charge pour un infarctus du myocarde avec élévation du segment ST (STEMI) sont toutefois claires : en l’absence de preuve du bénéfice de la revascularisation complète, l’angioplastie doit se limiter à la seule lésion coupable. Les résultats de l’essai randomisé COMPLETE devrait conduire à une modification des recommandations.